Novembre 2017 – [Francais]

11 December

MISE À JOUR SUR LE MARCHÉ DE LA VANILLE – NOVEMBRE 2017

L’un après l’autre, les espoirs pour une inversion à court terme de la tendance du marché Mondial de la vanille sont anéantis, nous tenterons de vous expliquer ce qui s’est passé et nos perspectives pour un avenir immédiat.

Madagascar – “En attendant l’inévitable

Au Madagascar, c’est la période d’exportation de la récolte de 2017 en ce moment, bien qu’un peu plus tard que prévu, à cause d’une interdiction du gouvernement d’exporter des gousses de vanille jusqu’au 15 octobre.  Ce n’est toujours pas clair quels étaient les objectifs du décret autre que de créer encore plus de tension dans un marché de vanille qui aurait pu bénéficier d’un peu de répit.  Depuis le 15 octobre plusieurs exportateurs ont enclanché un processus de rattrapage en raison de la demande refoulée causée par le décret, mis en force plus sévèrement seulement après que plusieurs exportateurs ont expédié un tonnage important de vanille au début du mois de septembre.  Depuis la fin du décret, au moins à cinq occasions, de grands avions cargo privés nolisés ont atterri à l’aéroport de Sambava, avec un chargement de 15 – 18tm de gousses de vanille par voyage. Cela ne pouvait passer inaperçu dans une communauté locale, à un aéroport rural, habituellement tranquille.  Après des pressions du début qui ont résulté avec la fin de l’interdiction de l’exportation, les prix se sont stabilisés mais se maintiennent à des niveaux élevés, juste un cran en dessous des niveaux provoqués par l’hystérie durant la période post-cyclonique en avril/mai.

Bien que la qualité de la récolte de 2017 soit définitivement meilleure que celle de 2016, en aucun cas on pourrait dire que c’est une année ‘millésime’.  Il est plus difficile de surveiller et contrôler la production de la vanille près des routes principales et des endroits peuplés donc les récoltes sont souvent prématurées. En règle générale, plus les endroits de production de la vanille sont dans des régions rurales, plus le taux de réussite pour réduire les récoltes prématurées et le vol des gousses de vanille verte est élevé. Conséquemment, les communautés plus isolées comme Maroantsetera et Mananara au sud de la région de Sava sont devenues des producteurs importants des gousses de vanille matures et de haute qualité. Le niveau de maturité de la vanille verte est le facteur qui influence le plus en ce qui concerne la qualité et le rendement de toutes les récoltes de vanille. Généralement, le contenu de vanilline et les profils aromatiques devraient être grandement améliorés en 2016.

Cependant, on retrouve encore des quantités importantes de vanille de qualité inférieure qui circulent à cause de la cueillette prématurée, de l’emballage sous vide accéléré ou même des gousses de vanille vertes post-cyclonique (des gousses de vanille très immatures arrachées des vignes par le vent durant la tempête, récupérées plus tard et séchées et mûries). Même les gousses de vanille de qualité médiocre peuvent trouver leur place dans le marché car les acheteurs tentent d’atténuer les coûts.

Il est très difficile d’évaluer le volume des récoltes pour 2017 étant donné la rétention des inventaires qui se produit actuellement tout le long de la chaîne logistique.  Les agriculteurs retiennent leur vanille, les cueilleurs retiennent leur vanille et même les exportateurs, surtout quand il semble que les prix bougent dans une direction toujours à la hausse. Cependant aujourd’hui, selon nos observations, ce phénomène se produit surtout au niveau de la cueillette de la vanille, les exportateurs sont beaucoup plus prudents en insistant que leurs clients partagent une partie des risques via le préfinancement peu importe si le financement est nécessaire. Ce qui est compréhensible avec l’exposition à de si grands risques.  

Nous sommes très confortables avec notre projection initiale d’entre 1300 et 1600tm pour toutes les qualités incluant la vanille mûrie rapidement et la vanille cueillie verte.  Les ratios de mûrissement sont tellement variés qu’il est d’autant plus difficile d’estimer le volume des récoltes.  Les gousses de vanille vertes matures auront un rendement de 6:1 mais comme nous avons constaté dans des campagnes précédentes cela pourrait monter jusqu’à 8:1 ou encore plus haut pour de la vanille immature.

Fermier qui pollinise une fleur près d’Antalaha

Nous nous attendons à une nette amélioration pour la vanille noire et gourmet en 2017 étant donné la faible teneur en vanilline en 2016 qui a rendu ces qualités très instables en raison des hauts niveaux d’humidité. Même si c’est la demande pour des extractions rouges qui déterminent le marché, les vendeurs vont toujours essayer initialement de bouger autant de vanille noire ou gourmet afin d’améliorer les rendements et les marges.  Comme nous avons constaté durant la dernière crise en 2001 – 2004, lorsque les prix atteignent le sommet il y a rarement une prime exigée pour la vanille noire plutôt que des gousses de vanille rouge réservées à l’extraction.

Étant donné l’abondance de jeunes vignes de vanille qui produisent maintenant des gousses, nous avions prévu une forte floraison pour la récolte de 2018 malgré les damages causés par le Cyclone Enawo. De ce fait, le consensus initial pour la récolte de 2018 était très optimiste.

Ce sentiment a changé quelque peu puisque la floraison jusqu’au milieu de novembre a été atténuée à cause de deux facteurs climatiques. D’abord, une température exceptionnellement froide en août et septembre suivi de conditions climatiques exceptionnellement chaudes et très sèches en novembre. Une floraison optimale exige un équilibre entre une température chaude et ensoleillée et de la pluie occasionnelle.  Autrement les fleurs n’apparaissent pas ou elles flétrissent et tombent des vignes.  Au moment de la rédaction de ce rapport, nous savons qu’il a recommencé à pleuvoir dans certaines régions de la Sava. Une forte floraison tardive en décembre et janvier est entièrement possible. Il est encore trop tôt pour évaluer avec précision la récolte de 2018 au Madagascar.

Floraison dans la zone cyclonique près d’Antalaha

La future fleur a besoin de soleil et de pluie

La demande industrielle pour des gousses de vanille de Madagascar réservées à l’extraction demeure assez forte pour supporter les prix record actuels qui ne démontrent aucun signe de baisser à court terme. Il est fort probable que les acheteurs industriels prendront une couverture plus large qu’en 2016 étant donné la meilleure qualité.  Comme d’habitude, la vanille de type « Cuts » est la qualité la plus en demande actuellement et subit une pression tarifaire depuis le début de la campagne. La marge entre les gousses de type « Cuts » et les gousses de première qualité est entre 15 – 20% approximativement ce qui est très bas historiquement. La demande pour les gousses de vanille noires gourmet du Madagascar a diminué considérablement du fait que la vanille de Papouasie-Nouvelle-Guinée domine maintenant les secteurs institutionnels et de détail.

Indonésie – “Trop optimiste…pour le moment”.

La vanille Indonésienne a fourni très peu de répit au marché mondial de la vanille en 2017 avec un volume de récolte autour de 150tm. Nous sommes témoins de prix et de qualité très imprévisibles et pour l’instant, les vendeurs semblent satisfaits d’attendre pour obtenir leur prix. Nous estimons que cette stratégie peut se retourner contre eux au fur et à mesure que la qualité améliore au Madagascar car cela mettra une pression sur les prix de la vanille Indonésienne qui sont actuellement et de façon inexpliquée plus élevés que ceux du Madagascar. Plusieurs exportateurs Indonésiens vendent de la vanille PNG et même dans certains cas, l’offrent comme étant de la vanille Indonésienne. C’est très regrettable étant donné que cela cause du mal autant à la marque de l’Indonésie que celle de la Papouasie-Nouvelle-Guinée. La vanille de chacune de ces origines est unique et possède leurs caractéristiques distinctes.  On prévoit une amélioration de la production de vanille Indonésienne en 2018 comparativement à 2017.

Papouasie-Nouvelle-Guinée – “Populaire maintenant …. mais plus tard”?

Papouasie-Nouvelle-Guinée connaîtra une bonne récolte dans les premiers mois de 2018 avec un rendement entre 200 et 250tm. La cueillette prématurée est rampante à PNG, mais la récolte plus grande devrait tempérer la pratique quelque peu en 2018. Au fur et à mesure que les acheteurs se concentrent sur Madagascar, les prix de PNG diminuent un peu, cependant, la disponibilité de bonnes gousses de qualité est rare. La vanille de type Tahitensis de PNG a contribué à préserver en grande partie le marché de détail et de restauration mais pas au même niveau que l’on connaît au Madagascar.

Une trop grande quantité de vanille de PNG est passée en contrebande par l’entremise de trafiquants Indonésiens qui financent les producteurs et les cueilleurs. Cependant, cette pratique limite l’accroissement des parts du marché de vanille des exportateurs et ajoute des coûts et des marges bénéficiaires inutiles.

Ouganda– “Potentiel non réalisé!”

La production de vanille de l’Ouganda est bloquée et la qualité pour la plupart est médiocre. La vanille verte est récoltée bien trop tôt et les protocoles de mûrissement ne sont pas respectés. Cependant, il y a raison de croire que le gouvernement jouera un plus grand rôle afin d’aider la communauté de vanille à faire face aux problèmes de sécurité et de qualité.  Cela pourrait améliorer la qualité et le rendement des récoltes dans l’avenir et éventuellement, pousser la production de vanille de l’Ouganda à des niveaux plus élevés que 100tm en 2018. Ce serait une évolution encourageante pour une origine avec autant de potentiel.

Le Comores – “Retourner dans le jeu!”

Récolte de Comores, 1-2 mois avant celle de Madagascar

Les Îles du Comores ont produit entre 40-50tm de vanille Bourbon en 2017 et la qualité est comparable sinon un peu supérieure à celle de Madagascar. Le gouvernement démontre un grand intérêt dans le commerce de la vanille et il y a une campagne agressive grandissante avec l’objectif de doubler la production avant 2020. Le potentiel est là du fait que cette région a produit des récoltes avec des rendement jusqu’à 200tm dans le passé.

Divers – “Origines perdues”.

Malgré les prix record atteints de la vanille, la production en Polynésie française, au Mexique et en Inde demeure insignifiante avec peu d’espoir d’amélioration à court terme. On parle beaucoup de la possibilité de récoltes futures de l’Inde et il ne faut pas prendre cela à la légère, cependant, à date, on observe peu de signes d’amélioration de production ou de la qualité pour les gousses de vanille de l’Inde.

Questions sociales – “Quand cela convient”.

La question d’employer des enfants dans l’industrie de la vanille au Madagascar continue d’être une source de préoccupation ce qui est compréhensible étant donné que l’exploitation des enfants a été documenté dans le marché du sexe et dans les mines de pierres précieuses dans le sud. Une importante étude entreprise par OIT (Organisation internationale du travail) en 2011 est arrivée à plusieurs conclusions, l’une d’elle qui disculpe les exportateurs de vanille d’employer des enfants.  

https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/—africa/—ro-addis_ababa/—ilo-antananarivo/documents/publication/wcms_520913.pdf (Pages 53 – 56)

Cependant, avec les prix extrêmement élevés de la vanille, encore plus de membres de famille sont entraînés dans l’agriculture de la vanille comme une forme de sûreté. Par ailleurs, quand les prix de la vanille sont très bas parfois les enfants sont employés pour couper les coûts étant donné qu’ils sont payés beaucoup moins que des adultes.
Le Ministère américain du travail finance actuellement l’OIT dans un nouveau projet pour sensibiliser davantage la communauté de la vanille de la région de Sava. L’OIT travaille en étroite collaboration avec ‘Sustainable Vanilla Initiative (SVI)’ (Une initiative qui assure la viabilité et la durabilité du marché de la vanille) dans le but de réaliser 4 principaux objectifs dans cet agenda important.

https://www.ilo.org/wcmsp5/groups/public/—ed_norm/—ipec/documents/newsitem/wcms_543601.pdf

Selon l’OIT le travail des enfants est limité aux régions agricoles et est pratiquement inexistant au niveau des exportateurs. Dans la majorité des cas ce sont des enfants qui sont appelés à travailler sur la ferme familiale pour aider, ce qui est généralement le cas des familles d’agriculteurs autour du monde.

Idéalement ces enfants devraient avoir accès au moins à une éducation primaire mais malheureusement il y a une grave pénurie d’écoles primaires dans les régions rurales de Madagascar.

Boîtes utilisées pour le mûrissement traditionnel de la vanille

Nous félicitons ‘SVI’ (Initiative qui assure la viabilité et la durabilité du marché de la vanille) pour cette initiative, mais nous aimerions également les voir adresser les pratiques de mûrissement accéléré et d’extraction de la vanille verte qui mettent à risque la viabilité et la durabilité du marché.

Des pratiques qui peuvent non seulement nuire à la qualité globale de la vanille, mais menacent les moyens d’existence des familles dans les régions de la vanille et par le fait même les enfants de ces familles qui comptent sur la vanille pour leur fournir un emploi durant la saison de mûrissement traditionnel de la vanille.   Certains des membres les plus importants de la ‘SVI’ (Initiative qui assure la viabilité et la durabilité du marché de la vanille) soutiennent activement le mûrissement accéléré de la vanille et l’extraction de la vanille verte. Selon nous cela contredit directement les 3 objectifs admirables présentés comme étant l’énoncé de la mission de ‘SVI’ (Initiative qui assure la viabilité et durabilité du marché de la vanille).

https://sustainablefoodlab.org/initiatives/sustainable-vanilla-initiative/

Nous croyons fermement que le Madagascar doit prendre tous les moyens pour maintenir leurs standards de qualité en ce qui concerne la vanille et à notre avis, le seul moyen d’y arriver c’est le mûrissement des gousses de vanille selon les méthodes traditionnelles. La vanille mûrie selon les méthodes traditionnelles apporte l’avantage économique maximal pour les communautés agricoles tout en assurant la réputation de Madagascar comme étant le premier producteur mondial de gousses de vanille de haute qualité. Afin de satisfaire tous les utilisateurs finaux de gousses de vanille, à notre avis il est essentiel que la gamme complète des grades de vanille de Madagascar soient disponibles.  Les gousses de vanille Gourmet Noir, “Red Split” et Gousses de vanille entières, Grades Européens, « Cuts, » etc. tous ont leur propre part de marché et utilisateurs finaux. En utilisant les méthodes de mûrissement accéléré et l’extraction de la vanille verte, tout cela devient impossible.

Conclusion – “Dans tous les cas c’est un défi”.

Bien que le marché de la vanille demeure aussi imprévisible que jamais, nous croyons que l’effondrement des prix est peu probable à court terme.  La question de la demande est extrêmement difficile à quantifier. Nul doute que la consommation mondiale a diminué, mais de combien? 25%? 35%? 50%? Quel que soit le chiffre, ce n’a pas été suffisant pour inverser la tendance actuelle des prix. Il y avait une grande demande pour l’arôme naturel de vanille à l’aube de la crise.

Certains utilisateurs finaux ont choisi de laisser passer la tempête, d’autres ont décidé de reformuler tandis que d’autres font ce qu’ils peuvent afin de couper les coûts. Des produits de vanille secondaire comme par exemple la vanille usagée (gousses de vanille déjà extraites) ou des graines de vanille sont tellement en demande et se vendent à des prix record. Aucun de ces produits transmettent d’arôme ou de parfum. Chacun peut tirer leur propre conclusion sur ce qui motive cette demande.

2018 présentera plusieurs défis pour le marché de la vanille incluant le climat (la saison cyclonique débutera en janvier au Madagascar), la politique, (il y a des élections au Madagascar) et les efforts en court pour développer des substituts alternatifs d’arôme naturel de vanille qui ne proviennent pas de gousses de vanille. Une baisse des prix de la vanille n’arrivera jamais assez tôt, surtout pour ceux d’entre nous qui dépendent de la vanille comme gagne-pain. À moins d’un événement carrément catastrophique, nous croyons que nous sommes à la fin du cycle en cours. Cependant, combien de temps s’écoulera avant d’arriver à   La fin dépend complètement de jusqu’à quel point les importants acheteurs industriels sont prêts à supporter le marché actuel. Nous ne voyons qu’une seule façon possible de procéder, avec extrême prudence tout en minimisant l’exposition à long terme au marché.

 

 

Aust & Hachmann (Canada) Ltd/Ltée.